Dans la série « tout n’est pas simple »: que penser du retour de Conrad Black ?

J’avais publié ce qui suit sur Facebook il y a quelques jours, et récolté quelques commentaires très pertinents. Et je me dis maintenant que tout cela vaut bien la peine d’être partagé dans un billet de blogue. Alors voici.

Mon commentaire sur Facebook:

Le retour de Conrad Black: que doit-on en penser?

« Bon, aujourd’hui j’arrive pas à être vraiment d’accord avec Margaret Wente. J’imagine que ça mérite d’être souligné ;-). Me semble que ce serait un peu fort que ce multimilliardaire qui s’est comporté comme un bandit de grand chemin l’ait aussi facile. En même temps, en prenant le temps de lire, on se rend compte que: -S’il revenait ici, on se retrouverait avec un des critiques les plus articulés et les plus féroces des errances du gouvernement Harper. – Même quelqu’un comme Margaret Atwood défend son retour. -Et puis, il a quand même purgé sa peine, et donc payé pour ses fautes. En plus, il a payé trois fois plus cher parce qu’il avait fait la connerie de renoncer à sa citoyenneté canadienne, et s’est retrouvé incarcéré aux États-Unis. Flûte. Pourquoi y a jamais rien de simple dans la vie… »

Commentaire de Colette Brin, professeur de journalisme à l’Université Laval: « Moi, je le trouve drôle, Conrad Black. Disons qu’il est un peu plus raffiné que Rob Ford :-) »

Commentaire de moi à Colette Brin: « Exactement… Et puis il faut concéder à Lord Black une qualité qui fait cruellement défaut à bien du monde: l’intelligence. »

Colette Brin: « Une plume pompeuse mais vive, un esprit remarquable, un ego démesuré… un personnage plus grand que nature. Au-delà de ses indéniables qualités, on peut tout simplement reconnaître qu’il a purgé sa peine. Il suffit de l’avoir à l’oeil pour qu’il ne se relance pas dans l’escroquerie!

Commentaire de Lise Ravary: « Black est férocement intelligent, érudit, pédant et sympa one on one. Pour l’honnêté en gestion, on repassera. Je suis contente de son retour et curieuse de savoir ce qu’il fera maintenant. »

Et vous, qu’en pensez-vous?

D’autre part, quelqu’un a essayé de lancer sur Twitter le mot-clé #ConradRattrape, avec les tweets suivants: « #Conrad Black est sorti de prison. Quelqu’un est volontaire pour lui expliquer ce que c’est Twitter? » puis « Quelqu’un est volontaire pour expliquer à Conrad Black qui est Justin Bieber et pourquoi il est populaire? » Dommage que ça n’ait pas levé.

  1. Mais… euh… qu’il soit fin, brillant, anti-Harper et qu’il ait de la classe, ça n’a pas rapport. S’il était un pauvre quidam pas trop futé, pas trop cool et plutôt pro-cons, est-ce qu’il aurait le droit d’entrer au Canada?

    • Marie-Claude Ducas

      Il y en a, justement, des exemples de petits bums délinquants récidivistes, pas trop cool et plutôt pro-cons, comme tu dis, et qu’on ne peut pas mettre à la porte, parce qu’ils plaident les risquent qu’ils courent à retourner dans leur pays, etc. Alors dans ce cas-ci, on ne peut pas vraiment invoquer l’argument « deux poids, deux mesures »… Y a juste plein de cas uniques.

  2. The saga of Lord Black of Crossharbour reminds me of this quote: “Those who try to juggle wisdom, power and greed, drop one of the balls, every time.”

  3. René Légaré

    Je trouve malheureux que, très souvent, toutes personnes ayant été emprisonnées et libérées à la fin de leur peine soient toujours considérées comme des criminels. En effet, Conrad Black a purgé sa peine. Il est libre de vivre où il le veut et surtout libre de recommencer une nouvelle vie. Mais ça, seul l’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire