Pourquoi Internet (y compris Twitter et les réseaux sociaux) nous rend meilleurs

Alors que Twitter célèbre ses cinq ans, et qu’on entend encore tellement dire que les réseaux sociaux, et internet en général, nous rendent plus « morons » qu’intelligents, je ne voulais pas manquer de relayer ce billet que Mitch Joel (Twist Image) a publié vendredi dernier. Il y attire simplement l’attention sur Salman Khan, et le remarquable travail qu’il fait, depuis 2009, à travers la Khan Academy, pour utiliser internet comme outil éducatif. Et quand on dit « éducatif », on veut vraiment dire: en classe. Alors qu’on a tellement débattu ici de la promesse – sortie de nulle part et enracinée dans pas grand-chose – faite par le gouvernement Charest d’équiper les profs de « tableaux interactifs », on voit tout ce que pourrait faire la technologie dans les classes, si on l’utilise intelligemment.

Le billet de Mitch comprend le vidéo de Salmar Khan, lors d’une conférence TED. Allez voir dès que vous avez un petit 20 minutes. Même si vous ne comprenez pas beaucoup l’anglais, vous aurez une bonne idée de ce qu’il arrive à faire. Et, quant à moi, le plus de gens voient cela, mieux c’est.

[youtube gM95HHI4gLk]

Mitch y voit un contrepoids à des points de vue exprimés par quelqu’un comme Nicholas Carr dans The Atlantic (« Is Google making us stupid?« ) ou  Malcolm Gladwell dans The New Yorker (« Small Change« ). Points de vue auxquels, comme bien du monde, j’ai souscris  pendant un moment, comme le montrent cette chronique dans Infopresse en 2008, et ce billet de 2009 sur mon blogue.

Mais, comme plusieurs autres aussi, je me rends compte qu’il y avait sans doute là, d’abord et avant tout, une espèce de crise d’adaptation aux changements, par laquelle un peu tout le monde est en train de passer. Et puis, rappelons-nous quand même comment chaque génération a, chacune à son tour, l’impression de vivre une sorte de fin du monde chaque fois que la « jeune génération » arrive dans le portrait.

  1. Merci pour ce regard positif sur le changement qu’induit en nous les réseaux sociaux. Je buzz votre billet

Laisser un commentaire