Billet optimiste pour le Jour de la Terre : bonne fête, (pas si) pauvre planète…

Il y a déjà un bon moment que j’ai l’intention de parler du livre The Rational Optimist, par Matt Ridley. En fait,  je m’en veux presque  de ne pas l’avoir fait plus tôt, tellement je trouve que son propos mérite d’atteindre le plus de gens, le plus tôt possible. Et cette veille du Jour de la Terre, qui est souvent l’occasion de ramener à l’avant-plan un cortège de propos déprimants, culpabilisants ou alarmistes (et souvent les trois à la fois), représente une bonne occasion.

The Rational Optimist: à lire, pour rééquilibrer un peu tout ce qu'on voit ailleurs

L’essentiel des propos de Matt Ridley, s’il fallait les résumer en quelques mots :  ce n’est pas vrai que tout va toujours plus mal.

Et voilà plusieurs liens pour en avoir un aperçu plus étoffé. D’abord, dans le Globe and Mail cette chronique de Margaret Wente, qui m’avait fait connaître le livre. Puis cette entrevue faite par Paul Journet dans La Presse, de même que cette chronique de Bernard Mooney dans Les Affaires.

Points-clés, parmi les plus frappants, dans son discours :

–  Globalement et à long terme,  les choses n’ont pas cessé de s’améliorer pour l’humanité. C’est vrai pour notre état de santé, notre confort,  l’état des démocraties, notre espérance de vie… et même en ce qui concerne l’environnement!

–   Malgré tout, et pour plein de raisons, le pessimisme et les scénarios-catastrophes prédominent. On le sait depuis longtemps : « Good news is no news. » Mais il y a plus. À travers une « histoire du pessimisme » qui remonte jusqu’au début du 19e siècle, Ridley retrace les diverses époques, où, chaque fois, on se croyait sur le bord de la catastrophe. Ça continue aujourd’hui. « The generation that has experienced more peace, freedom, leisure time, education, medecine, travel, movies, mobile phones and massages than any generation in history is lapping up gloom at every opportunity”, écrit-il. Vous voulez vous faire taxer et d’insensibilité et de naïveté? Mettez l’accent sur ce qui va bien. Vous voulez avoir un best-seller, gagner un Genius Award, un prix Pulitzer, un Oscar ? Annoncez la fin du monde. Et de préférence en blâmant tout ce qui est lié au commerce, au développement et au capitalisme.

Une des principales raisons pour lesquelles les choses s’améliorent : l’accélération et la multiplication des échanges d’idées. Le préambule du livre de Ridley s’intitule « When ideas have sex ».  Au fil des chapitres, il fait référence aux multiples bénéfices de la multiplication des échanges entre humains , au fil des millénaires et des siècles: échanges commerciaux d’abord, puis, de plus en plus, communicationnels. Un des chapitres s’intitule d’ailleurs « The collective brain ». Pour bien comprendre de quoi il parle, prenez un petit quart d’heure pour visionner le vidéo qui suis,  filmé dans le cadre d’une conférence TED. Et d’ailleurs, si vous voulez avoir accès à ses propos avec des sous-titres en français, cliquez ici et sélectionnez l’option pour les sous-titres.

[youtube OLHh9E5ilZ4]

Une citation parmi d’autres : « We’ve created the ability to do things that we don’t even understand (…)With technology, we can actually do things that are beyond our capabilities.» Difficile de ne pas penser à Internet, et au fameux concept du “crowdsourcing”.  Ce dont parle, entre autres, quelqu’un comme James Surowiecki , auteur de The Widsom of Crowds, qui avait d’ailleurs été conférencier à une journée Infopresse, il y a déjà deux ans.

Et donc, nous voilà,  à la veille du jour de la Terre. La campagne publicitaire 2011, créative et inventive, arrive au moins à renouveler les habituelles images de clichés-catastrophes, en utilisant les ballons, d’habitudes associés aux fêtes. Mais le discours de fond reste, avant tout, sombre, et décourageant.  Ce que l’on disait pour l’information s’applique aussi en pub et en communications : pour voir de l’impact, soyez sombre…  « Que pouvons-nous célébrer?  Il y a un an, la plateforme de pétrole de BP sombrait, puis il a fallu 120 jours avant de trouver une solution pour arrêter une fuite à deux kilomètres au fond de l’océan. Maintenant, au Japon, six réacteurs nucléaires sont en crise. Tout ça, en moins de deux jours! Bonne fête quand même, pauvre planète », soulignait Pierre Lussier, vice-président et directeur du Jour de la Terre Québec, relayés dans le communiqué émis au début d’avril.

Publicité pour le Jour de la Terre 2011: pour inciter à l'action, vaut-il mieux être sombre ?

Et ceci dit, nos communicateurs sont loin de détenir la palme dans l’art de culpabiliser, déprimer, voire même carrément terroriser le public, pour l’éveiller aux enjeux environnementaux. Regardons seulement cette récente publicité néo-zélandaise pour l’Heure de la Terre, cette pub britannique pour l’organisme britannique Plane Stupid ou, sommet du genre, cette autre pour l’organisme britannique 10 10, qui avait d’ailleurs fini par être retirée après avoir créé toute une controverse.

Il n’est surtout pas question ici de minimiser la gravité et l’impact de ces catastrophes récentes, dont on n’a pas encore fini d’évaluer la gravité. Pas question non plus de nier l’importance d’enjeux comme le réchauffement de la planète, et de divers autres effets de la pollution, et de la mauvaise exploitation de nos ressources. Mais faisons aussi confiance à l’intelligence et aux ressources, justement, dont les humains disposent. Rappelons-nous des divers discours-catastrophes du passé, qui ne se sont pas concrétisés. Vous rappelez-vous du spectre des pluies acides? De celui de l’épuisement des ressources ? (Pénurie TOTALE de zinc, d’or, de cuivre, de pétrole et de gaz naturel en 1992, prédisait le Club de Rome en 1970… ) De celui de l’air irrespirable ? En 1985, plus question de sortir sans masque à gaz dans nos villes, annonçait Life magazine, toujours en 1970. Etc.

À la longue, tout ce pessimisme a un coût, tant humain qu’économique. «If you teach children that things can only get worse, they will do less to make it untrue, écrit James Ridley. I was a teenager in Britain in the 1970’s (…). I realised about the age of 21 that nobody had ever said anything optimistic to me about the future of the human race – not in a book, a film, or even a pub, Yet, in the decade that followed, employment increased, especially for women, health improved, otters and salmon returned to the local rivers, air quality improved, cheap flights to Italy began from the local airport (…) I feel angry that I was not taught and told that the world could get much better.”

Alors, oui, continuons de nous questionner, de changer, et de prendre soin de la Terre. Mais sans oublier tout ce qui finit par aller mieux. Et joyeux Jour de la Terre à tout le monde.

P.S.

Pour être juste : L’environnement ne donne pas seulement lieu à des campagnes de pub sombres. Parmi celles qui ont opté pour des approches plus réjouissantes,  citons cette campagne belge pour le WWF, cette campagne grecque pour Greenpeace, et cette campagne australienne, encore pour le WWF.

  1. Mme Ducas, je respecte votre opinion mais je crois sincèrement que vous vivez sur une autre planète…le lave-vaisselle, l’air climatisé, les voitures sport et les voyages n’ont pas rendu les gens plus heureux mais plus matérialistes que jamais. Toutes ces inventions est le fruit d’un mercantilisme éhonté, pas pour faire plaisir au commun du mortel…dans notre dernier siècle, 2 guerres mondiales, la bombe atomique, les armes chimiques sans nombre, le sida, taux de divorces effarant etc. Je suis loin d’être un pessimiste mais plutôt très réaliste…bien sûr, j’ai mon petit confort personnel mais ce ne veut pas dire que tout va bien dans le monde qui nous entoure. Je comprends votre point de vue : notre vie personnelle peut définitivement être exaltante mais seulement pour un petit groupe privilégié…et les autres ? tant pis pour eux !!! J’ai trouvé vos commentaires à l’émission de Mme Charest teintés d’un certain égoisme et d’un je-m’en-foutisme des gens qui vivent sur cette même planète que vous. C’était plutôt désolant.

    Jean-Guy Joyal
    Edmonton, Ab

    • Marie-Claude Ducas

      Merci de votre commentaire M. Joyal. C’est vrai qu’il y a encore beaucoup de problèmes, certains énormes à régler. Et l’auteur de The Rational Optimist ne le nie nullement. Mais il souligne, simplement, que malgré tout, la situation de l’humanité s’est toujours améliorée… y compris pour les plus pauvres, même si des inégalités demeurent. Le tout est appuyé par des faits. Et puis, quant à moi, le lave-vaisselle, l’air climatisé et les voyages plus accessibles sont bel et bien des progrès.
      Bien sûr, on peut ensuite se questionner sur l’usage, parfois exagéré et pas toujours à bon escient, que l’on fait de ces progrès. Mais, là encore, les humains ont montré qu’ils étaient capables de ce genre de remise en question: les autos polluent extrêmement moins qu’en 1970, ou même en 1980. Pour ne citer que cet exemple…

  2. Andrée Mathieu

    Madame,

    Permettez-moi de réagir à votre billet optimiste pour le Jour de la Terre.

    Connaissez-vous bien Matt Ridley? Saviez-vous, par exemple, qu’il était directeur de la banque Northern Rock que le gouvernement britannique a dû nationaliser pour lui éviter l’effondrement lors de la récente crise financière mondiale? Plutôt facile d’être optimiste quand c’est la population qui paie pour nos erreurs… De plus, ce scientifique diplômé d’Oxford ne semble pas trop s’embarrasser de rigueur quand il traite, par exemple, de l’effondrement des colonies d’abeilles. Il préfère se référer à des apiculteurs anonymes qu’aux spécialistes de l’EPA et de l’USDA!
    http://www.grist.org/article/2011-01-31-matt-ridley-optimistic-but-not-so-rational-take-on-bee-collapse

    Tout ça pour dire, pourquoi s’enticher d’un conférencier plus ou moins crédible quand on en a de bien meilleurs chez nous, comme Michelle Holliday qui porte un message beaucoup plus sérieux et rigoureux mais tout aussi inspirant?
    http://waltsearch.wordpress.com/2011/02/24/michelle-hollidays-ted-talk-on-thrivability-the-future-of-humanity/

    Quant au « catastrophisme » de la publicité néo-zélandaise, vous m’avez bien fait rire. Je passe de quatre à cinq mois par année dans ce pays depuis 7 ans et il faut connaître leur sens de l’humour vraiment unique pour comprendre que cette publicité se moque justement de l’attitude pessimiste que vous dénoncez. La Nouvelle Zélande est très certainement le pays dans le monde où on trouve le moins grand nombre de peureux et de pessimistes!

    Je vous souhaite beaucoup de plaisir en écoutant la conférence de Michelle Holliday.

    Cordiales salutations,

    Andrée Mathieu
    Professeur de Fondements théoriques du développement durable
    Maîtrise en Gestion et développement durable
    Université de Sherbrooke

Laisser un commentaire